VMH-ANJOU-FORUM


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 BABABA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mick



Nombre de messages : 270
Age : 45
Localisation : blois/angers
Date d'inscription : 28/06/2007

MessageSujet: BABABA   Dim 3 Fév - 16:58

j'étais d'humeur nostalgique ce matin les aventures des têtes brulés ont berçé ma jeunesse mais connaissez vous leurs vrai histoire ?

je vous ais fait ce petit post pour en parler

il faut commencer par sont fondateur le major grégory " greg pappy " boyington



C'est en septembre 1941 que Gregory Boyington, alors jeune officier, rejoignit le groupe des volontaires Américains en partance pour la Chine, prenant place dans le troisième et dernier détachement. financées par des investisseurs privés, ces opérations mises en place dans le plus grand secret avaient un parfum d'aventure qui ne pouvait que le séduire.
Il reçut ensuite une formation draconnienne sous le commandement du capitaine Curtiss Smith, un officier respectueux des règles dont Boyington ne garda pas un très bon souvenir. Peu après ils embarquèrent sur un navire effectuant une ligne régulière entre San Francisco et le port de Batavia, à destination de Java en Indonésie.
Personne ne savait pas alors que les Etats Unis allaient entrer en guère contre le Japon.

Après une traversée bien agitée, parsemées de bagarres, beuveries et jeux de cartes, le groupe arriva au nord de l'ile de Sunda, dans la mer de Java. Pour cacher la nature de leur voyage aux éventuels espions japonais, les volontaires américains avaient de faux passeport et se déguisaient parfois : Gregory Boyington était habillé d'une soutane afin de passer pour un missionnaire ! Cela ne fit guère illusion car le comportant outrancier de Boyington attira l'attention de véritables missionnaires qui démasquèrent la supercherie ! Scandale à bord du navire ! Leur périple les entraina d'Honolulu vers Java, Batavia et enfin Singapour. C'est là qu'il firent la connaissance du sultan de Johore, dont l'activité principale était le transport de caisses de Bourbon, premier d'une longue liste de personnages hauts en couleur rencontrés durant son périple en Asie.
Puis vint le temps du départ pour Rangoon, en Birmanie, où il atterrit en novembre 1941. Son groupe débarqua dans un centre d'entraînement en plein coeur de Burma, non loin de Mandalay, et prit le train pour se rendre à Toungoo, où les avions les attendaient. Sur place commença alors une longue et pénible attente de six mois sans aucun soutien logistique.


Son avion durant l'AVG : P40 81A-2, SN : P-8182, n° 21

Boyington y rencontra une future figure de l'histoire de l'aviation américaine, le colonel Claire Chennault, alors agé de 50 ans, et commandant en chef de leur escadrille.
Dès le 1er décembre 1941, une centaine de chasseurs Curtiss P 40 furent convertis en appareils de guerre. L'escadrille fut surnomés "les Tigres volants" en raison, étrangement, d'une tête de requin qui fut peinte sur la partie avant du fuselage en soubenir d'une photo extraite d'un magazine. Malgré son experience de pilote, Boyington dut suivre une formation de vol pour affiner sa connaissance de ce type d'appareil. Après trois mois d'inactivité, il put enfin affectuer sa première sortie.
Le 7 décembre 1941, ils furent placés en état d'alerte au moment de l'attaque de Pearl Harbor. Ils se rendirent à Kunming, un lieu plus abrité pour se défendre d'éventuelles attaques ennemies.

Les premiers affrontements avec les chasseurs japonais, les fameux "Zero", ne tardèrent pas à débuter. Les "zero" surclassaient aisément les appareils américains ainsi que les Spitfire de la RAF dont l'escadrille fut presque entièrement détruite en quelques jours. Rangoon fut dès lors régulièrement bombardée et deux pilotes du groupe de Gregory Boyington furent abattus. Néanmoins ils récoltèrent quelques victoires et Duke Hedman, issu du troisième groupe, surnommé "Hell's Angels", fut le premier As américain de la seconde guerre mondiale. Il abattit au total 5 avions japonais le même jour ! C'était le 25 décembre 1941. Le 2 février 1942, Gregory Boyington effectua une sortie avec son groupe pour tenter de repousser les bombardiers ennemis et obtint sa première victoire personnelle, mais cette mission se termina assez mal pour lui puisqu'il reçut une balle dans le bras. C'est alors qu'il fit la connaissance de deux ecossais, Bill adams et Bill Tweedy, qui travaillaient dans le pétrole, en Birmanie, depuis quelques années. Les deux invitèrent Boyington et six autres pilotes à loger gratuitement dans leur résidence. Un lien d'amitié sur fond de guerre se noua entre eux.

En février 42, alors que la guerre battait son plein, ils profitaient, entre leurs missions, de tous les conforts de leur nouvelle résidence : des domestiques, des chambres individuelles et une nourriture choisie ! Boyington abattit peu après un Zéro I-97 puis deux autres appareils ennemis mais son groupe quitta Rangoon devant la tournure inquiétante prise par les événements, et l'hostilité que leur témoignaient les habitants. Ils s'envolèrent en mars 1942 pour Magwee puis Mandalay avant de rejoindre Kunming.
En avril, il revint à Kunming et retrouva le colonnel Chennault pour escorter un groupe de bombardiers russes pilotés par des chinois allant bombarder Hanoi et Haiphong, en Indochine chinoise.
Lors d'une bataille aérienne au dessus de Kunming, Boyington s'écrasa en raison du mauvais état de son appareil. Le médecin militaire ne diagnostiqua aucune blessure corporelle mais lui imposa d'arrêter de boire sous peine de mourrir prématurément de l'abus d'alcool !
Durant l'aventure des Tigres volants, Gregory Boyington avait abattu 6 avions japonais,

seul trois de ces victoires lui seront crédité. Il faut dire que les pilotes De cet escadrille étaient des mercennaires et qu'ils étaient rémunérés en grande partie au nombres d'avions abattus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://armorinfrance.buygoo.net
mick



Nombre de messages : 270
Age : 45
Localisation : blois/angers
Date d'inscription : 28/06/2007

MessageSujet: Re: BABABA   Dim 3 Fév - 16:59

RETOUR AU PAYS

En juillet 1942, prés d'un an après avoir quitté son pays natal, il rentrait sur un bateau à destination de New York pour être incorporé dans les Marines. Les services administratifs de l'armée lui demandèrent de retourner chez lui en attendant une affectation. Pendant deux mois, afin de gagner sa vie, il reprit son ancien travail de gadien de voitures, payé moins d'un dollar de l'heure, qu'il vait tenu huit ans auparavant. Il reçut finalement son ordre d'affectation en janvier 1943 à Espiritu Santo, une île sur laquelle était situé une base arrière américaine à l'éccart des bombardements japonais. Pendant 4 semaines il va piloter des chasseurs Wildcats pour escorter une escadrille de bombardier sur diverses îles, de Guadalcanal à Bougainville, sans voir le moindre japonais. Puis Boyington partit se détendre en Australie où l'alcool et les femmes de petite vertue lui permir de prendre du bon temps, lui et ses compagnons.




LA NAISSANCE DES "BLACK SHEEP"

Le retour en service se passe mal. Il est confiné à des taches administratives pour l'ensemble des escadrilles. Cette fonction peu gratifiante fit germer dans son esprit une idée qu'il soumit au colonnel "Sandy" Sanderson dont il reçu l'approbation : former une escadrille avec les pilotes et les avions mis en réserve ou non utilisés pour diverses raisons.

Boyington se mai donc en quête de pilotes pour créer sa propre escadrille. Il se souvint de plusieurs jeunes pilotes rencontrés depuis son séjour dans le Pacifique ainsi que trois pilotes de l'escadrille 122 (John Bergert, Bou Bourgeoise et Stan Bailey) qui convenaient parfaitement à ses desseins malgré leur inexpérience au combat.



Ils s'entrainèrent pendant trois semaines durant lesquelles une relation complice s'installa entre Boyington et ses hommes qui le surnomèrent "Pappy" en raison de son âge (il avait une trentaine d'année alors qu'ils avait entre 19 et 22 ans). Le nombre 214 fut affecté à leur escadrille, baptisé "Boyington's Black Sheep" (les moutons noirs de Boyington). Les ennuis commencèrent pour eux lorsque le colonnel sanderson fut remplacé par le colonnel Lard, un officier que Boyington avait connu alors qu'il était simple cadet à Pensacola. respectueux à l'extrême du code militaire et de la discipline, ce dernier lui imposa d'arrêter de boire sous peine d'intenter contre lui une action disciplinaire. Les deux hommes se détestaient cordialement mais Boyington finissaient toujours, selon ses dires, par avoir le dernier mot.



L'escadrille fut équipée de 20 Corsair (sur lesquels ils n'avaient que trente heures de vol) et s'envola ensuite pour les îles Russell où une première mission leur fut assigné le 16 septembre 1943 à 7 heures du matin. Boyington dormit mal la nuit précédente car il craignait d'échouer en raison du manque de préparation de ses pilotes. Les autres unités bénéficiant d'une préparation de plusieurs mois. Ils escortèrent 50 bombardiers pour une mission d'attaque sur Ballale, une petie île fortifiée à l'ouest de Bougainville. Après s'être égaré dans les nuages, ils trouvent la trace des bombardiers au moment même ou une quarantaine de zeros surgissent. Gregory Boyington abat quatre appareils ennemis et l'escadrille, faute de carburant, rentre à Munda En Nouvelle-Georgie. Sur le chemin du retour, Il porta assistance à un pilote attaqué par des avions ennemis, et dont le Corsair avait été endommagé, détruisant deux autres Zeros à cette occasion. Le statut de l'escadrille fut, dès lors, validé par l'état major, ainsi que son appelation.

Les "Black Sheep" étaient nés !





Il est à noter que Boyington apporta de nouvelles tactiques de combats pour lutter contre les zeros, provenant de son expérience en asie. Il rendit son escadrille la plus célèbre des marines dans le pacifique. On raconte qu'il mettait des miettes de tabac dans ses paupières pour garder les yeux ouverts en vol tellement les combats et la vie étaient durs et fatiguaient les pilotes.

Lorsqu'il fut abattu par les zeros, il venait juste de protéger son ailier (Ashmun) qui se posait sur la mer. Boyington fut touché peu après au réservoir, l'obligeant à sauter en parachute. L'histoire raconte qu'il fut mitraillé par les japonais et laissé pour mort sur les flots. Il reçu une balle qui lui brisa la cheville, d'autres dans un bras et dans l'aisne

Il ne gonfla son canot de sauvetage que 2 heures après la fin des combats. Il fut recueilli par un sous-marin japonais à la tombée de la nuit et fut interné au camp d'Ofuna pendant 18 mois sans que les japonais avouent le détenir. Ses compagnons le croyaient mort.

Sa vie au camp est une bonne question. certains sites racontent qu'il aidait et soutenait ses compagnons, d'autres le font passer pour un lèche-botte auprès des officiers nippon.

Présumé mort, il reçoit la médaille d'honneur (la plus haute distinction pour un militaire) par le président Roosevelt en mars 44.
Il reçoit en main propre après sa libération la médaille d'honneur par le nouveau président Truman.





Pour son héroïsme extraordinaire et son sens du devoir en qualité de commandant de la VMF 214 engagé contre les forces Japonaises dans la zone des Solomons centrales entre le 12 septembre 1943 et le 3 janvier 1944. Constamment surclassé en nombre à l'occasion de missions dangereuses en secteur ennemi fortement défendu, le Major Boyington a frappé l'ennemi avec audace et et une courage, conduisant son unité au combat avec des résultats dévastateurs sur les navires ennemis, les installations côtières et les forces aériennes. Résolu à infliger le plus de dégats possibles à l'ennemi, le Major Boyington a conduit sa formation de 24 chasseurs au-dessus de Kahili le 17 octobre et cerclant au-dessus de l'aérodrome où était basés 60 appareils, laissa à l'ennemi le temps de décoller pour les affronter en combat aérien. Sous son commandement, nos appareils ont abattu 20 appareils ennemis sans perte pour nous. Aviateur de grand talent et chasseur déterminé à se battre même dans des conditions défavorables, le Major Boyington a personnellement abattu 26 appareils ennemis à ma tête de son unité et par son exemplarité a développé un mode de commandement aggressif qui fut un facteur déterminant dans la stratégie employée sur ce théatre des opérations.

FRANKLIN D. ROOSEVELT






Libéré le 29 aout 1945, il est réintégré avec le grade de lieutenant colonel le 6 septembre dans le service actif chez les Marines.

ses corsaires




F4U-1A, SN : 18086, n° 86 "Lucybelle"

Contrairement à ce que voulait laisser croire la propagande militaire américaine, Boyington comme tous ses coéquipiers n'a jamais eu de numéro d'avion attitré, le 86 n'est qu'une façade destinée à la presse, idem pour le 883. Il parait même d'après 2 sites que Boyington prenait toujours l'appareil en moins bon état ...

La réalité est tout autre car le pacifique sud est un grand chantier, les japonais interceptent eux aussi les convois. Les approvisionnements sont durs en armement essence et pièces détachées. Sans compter que les bases sont quelques fois comme la 214, un peu isolées.

Chaque pilote prenait un avion en état de vol, c'était souvent limite d'ailleurs à cause de ces problèmes d'appro et les mécanos travaillaient sans relâche pour maintenir en état de vol une vingtaine d'avions mais sachez cependant que c'est grâce à la robustesse de cet appareil que les marines purent lutter contre les zeros des nippons. L'avion américain était capable d'encaisser des dégats, plus que la plupart des avions de l'époque.



Pour en revenir au nom de son avion, ce fut Lucybelle (puis Lulubelle, certainement suite à une erreur de la propagande mais qui restera), en hommage à une maîtresse (Lucy Malcolmson), tout simplement.

Pour l'anecdote cette maîtresse se serait envolée avec 15 000 $ de Boyington, c'est pour cette raison qu'il disait parfois qu'il avait 15 000 raisons d'oublier Lucy, chacune de ces raisons valant 1 dollar.





Après une tournée aux USA, il est affecté à Miramar en Californie. Il se retirera du service le 1er aout 1947 avec le grade de Colonel. Un peu aidé car il ne supportait plus la vie "au calme", il était retombé dans l'alcoolisme et les baguarres qui avaient forgé sa réputaton d'avant guerre

QUI ES-TU "PAPPY BOYINGTON" ?

Très éloigné du personnage de la série télévisée "les têtes brulées" interprété par Robert Conrad, tu es un personnage complexe. Avant la guerre tu étais gardien de voitures, et c'est à l'armée que découvre la passion du pilotage, le goût de l'aventure et de l'alcool. Détesté par tous hommes de bonne éducation, tu laisses partout où tu passe des traces indélébiles : fêtes, parties de cartes interminables, franches rigolades, beuveries et spectaculaires bagarres.

Tu as fait à peu près tout pour mourrir jeune : multiples crash, blessures, bagarres et une année et demi de détention dans les camps japonais. Une traversée du désert de plusieurs années suivra la guerre. Tu as vendu des timbres, des contrats d'assurances et sera été arbitre de lutte pendant 4 ans. Et puis merde ! Stop la galère ! Tu reprends ta vie en main pour vivre de ce que tu sais le mieux faire : piloter

En 1958 tu racontes ta vie dans un livre et cette initiative assurera ta célébrité : un jour de 1976 un certain Stephen Cannell t'appelle pour adapter l'histoire de ta glorieuse escadrille à la télévision !


robert conrad quit eu le rôle


le vrai et les acteurs

BOYINGTON fait 3 apparitions (épisodes 16, 23 et 30). Il a le poste de conseiller technique sur la série.



Toi qui a tout fait pour mourir jeune, tu vivras vieux, pour finalement tirer ta révérence à 76 ans, dans ton lit, le 11 janvier 1988. Tu laissera derrière toi l'image d'un homme à la fois insupportable et charismatique dont la vie a été une suite de bon coup et de grosses galères.



Ses médailles :

Medal of Honor
Navy Cross
American Defense Service Medal
Asiatic-Pacific Campaign Medal
American Campaign Medal
World War II Victory Medal

ARLINGTON




le mot de la fin par pappy

"Just name a hero and I'll prove he's a bum."

"Montrez moi un héros, je vous montrerai un pauvre type"

G. BOYINGTON
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://armorinfrance.buygoo.net
 
BABABA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VMH-ANJOU-FORUM :: MESS-
Sauter vers: